L'enfer c'est toi
(Emile Bag / Chris Conty)

contexte

J'aurais dû t'envoyer au diable
Je suis devenu incapable
De résister
Est-ce le mal qui m'attire
Vers le douloureux empire
De ta beauté
Tel un serpent dans mon corps
C'est l'interdit qui me dévore
Jour après jour
Et ton esprit qui me possède
M'entraîne sur la pente raide
D'un sale amour

   

Aujourd'hui le remords
m'accable
Devant Dieu je me sens coupable
D'avoir cédé
Je veux redevenir un homme
Ne plus jamais croquer la pomme
De ce côté
Mais dans le jardin des délices
Tu sais me présenter les vices
À contre-jour
Et je retombe dans le gouffre
Où l'on s'aime autant que l'on souffre
Du sale amour

 
             

L'enfer, c'est toi
Tu n'es pas l'ange que l'on croit
Tes désirs sans scrupule
Attisent le feu qui me brûle
L'enfer, c'est toi
Tu n'es pas l'ange que l'on croit
Tu m'attires, je me perds
Dans ton monde à l'envers.
L'envers, c'est toi.

    L'enfer, c'est toi
Tu n'es pas l'ange que l'on croit
Tes désirs sans scrupule
Attisent le feu qui me
brûle
L'enfer, c'est toi
Tu n'es pas l'ange que l'on croit
Tu m'attires, je me perds
Dans ton monde à l'envers.
L'envers, c'est toi.
 
             
     

666 fois j'ai voulu te quitter
666 fois j'ai voulu te quitter
666 fois j'ai voulu te quitter